jeudi 29 août 2013

Connexions

Les réseaux sociaux interplanétaires avaient, une nouvelle fois, parfaitement fonctionné. Il y avait eu des milliards et des milliards de connexions sur cette planète et sur toutes les autres, bien au-delà du système solaire. Tous ces êtres connectés participeraient à l’événement ; oui, tous y seraient, tous descendraient dans la rue, pour crier leur colère.

Depuis le résultat des élections au Grand Conseil Interplanétaire (le taux de participation avait été extrêmement faible : à peine dix pour cent) et l’arrivée au pouvoir des nouveaux dirigeants, tout changea rapidement : des mesures répressives furent prises de but en blanc, des lois draconiennes entrèrent en vigueur du jour au lendemain… 

La sécurité renforcée à outrance, les arrestations et les exécutions sommaires multipliées, les emprisonnements arbitraires dans des camps de travail monnaie courante… Les libertés disparaissaient au profit de la terreur et de la désolation.

Devant leur écran, tous ces êtres lunaires qui n’avaient pas voté s’en mordaient maintenant les doigts. Personne ne croyait plus en rien, alors pourquoi donner son avis ? Qu’est-ce que ça changerait, de toute façon ? Tous les mêmes, ces politiques, tous des pourris !

C’était trop tard, il aurait fallu réagir pendant qu’il en était encore temps, avant que ce régime totalitaire aux pouvoirs titanesques ne prenne les rênes et ne transforme la Terre et les autres planètes en ce chaos monstrueux.

Tous les êtres connectés avaient répondu qu’ils participeraient, oui, ce serait le plus grand rassemblement jamais connu en cette ère. Tout ce monde endormi se réveillerait enfin, plus résolu que jamais ; tous ces êtres à la révolte jusque-là contenue sortiraient de chez eux pour se joindre aux autres dans les rues, pour manifester contre ce gouvernement militaire qu’ils n’avaient pas choisi, dont ils ne voulaient plus !

Ils rêveraient à présent d’une vie plus juste, réinventeraient la démocratie à leur façon, créeraient des organisations proches de tous les citoyens… Partout on ferait la fête, on boirait beaucoup, on ferait des festins, on s’essaierait à des substances diverses, on se rencontrerait, on échangerait, on débattrait, on s’aimerait. On installerait des tentes, des matelas, des réchauds ; on vivrait dehors, libre de toute contrainte, sept jours durant…

La contestation festive, spontanée, populaire, aurait duré sept jours, sept jours seulement. Puis des armes particulièrement meurtrières auraient mis fin à l’utopie, seraient venues mettre de grands coups de pieds dans les fourmilières, auraient anéanti les espoirs d’une humanité finalement peu combative, déjà moribonde…

Les pertes furent innombrables, les massacres insoutenables, les violences abominables. Les survivants, blessés, mutilés, choqués, inconsolables, s’en retournèrent chez eux sans broncher, persuadés d’avoir été touchés par la grâce. Ils fileraient droit maintenant, suivraient comme des moutons, ils prieraient Dieu, ne s’opposeraient plus à rien, tout irait bien dans le meilleur des mondes.

Ils retrouveraient leurs écrans, à présent truffés de messages de propagande, d’informations officielles, de photos et de vidéos des dernières pendaisons, écartèlements ou autres atrocités sans nom. « Voilà ce qui t’attend si tu désobéis. » Les réseaux sociaux ayant tous été démantelés, il faudrait en créer d’autres, cryptés, discrets, indécelables. Ce serait bientôt l’heure de la désobéissance, de la dissidence, de la clandestinité.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire