samedi 17 août 2013

Chats beautés


Dans la résidence, la population féline a bien augmenté, ces derniers temps. Outre mes trois chats, installés là depuis octobre 2010, il y a eu l’arrivée, un peu plus tard, de deux compères, un noir et un gris, facilement repérables grâce à leur collier fluo à clochette.

Léa, tout juste dix-huit ans, la tigrée et blanche, continue son petit bonhomme de chemin et fait quotidiennement ses allers retours entre la pelouse et « son » fauteuil. Tempo, bientôt onze ans, noir au médaillon blanc, costaud, caractériel, répond toujours présent quand il s’agit de manger. Il se montre insistant quand ses repas ne lui sont pas servis à ses heures « habituelles » ! La petite dernière, Kiwi, noire et blanche (les quatre pattes, le ventre, le plastron, le museau, les moustaches) va déjà avoir six ans. Elle est toute heureuse de vivre, adore qu’on lui caresse le ventre …

De ma terrasse, au rez-de-chaussée, donnant sur une petite pelouse et un bouquet d’arbres, on s’est mis à voir passer régulièrement un chat roux et blanc, aux yeux tout purulents, un peu pelé, certainement bagarreur. D’où venait-il ? Leurs maîtres, un jeune couple installé depuis peu, se sont présentés, nous ont présenté leur chat : « Monsieur Patate » en personne, qui deviendra rapidement la terreur du voisinage…

On a commencé à voir Lilou à l’automne dernier, une jeune chatte trois couleurs très craintive, que je n’ai jamais pu caresser. Comme autres résidents, n’oublions pas Croquette, le Persan noir et feu d’Elisabeth, ni Domino, un beau mâle noir et blanc qui a été abandonné, puis recueilli par les gens de l’appartement du rez-de-chaussée, au fond de la résidence.

Il y a peu, un autre jeune couple a emménagé dans mon bâtiment, nous sommes voisins de porte. On a fait connaissance, ils nous ont montré leur chat, enfin plutôt « son » chat à « elle » : Aston, un Persan gris clair, au nez tout écrasé, très gentil, attachant. Arriverait quelque temps plus tard « son » chat à « lui » : Dracula, de la même robe noire et blanche que Kiwi, mais avec plus de blanc. On les confond, parfois !

Lilou est partie. Un voisin, nouveau locataire au rez-de-chaussée de l’immeuble d’à côté, a adopté un chaton tricolore qu’il prénomme Monique ; que c’est drôle à cet âge-là, ça découvre le monde avec des yeux tout étonnés, ça fait les pires bêtises, de sacrées pitreries !

Le dernier arrivant n’a pas de nom, pas de collier ni de tatouage. Il est venu un jour, on a pensé qu’il appartenait à des gens de la résidence nouvellement installés… C’est un jeune chat noir, non opéré, à la belle tête triangulaire, au corps mince et musclé, à la démarche souple, comme une panthère.

On s’est vite rendu compte qu’il passait souvent voir si par hasard il n’y aurait pas quelque chose pour lui à manger. On l’a nourri dehors, sur la pelouse, il semblait évident qu’il était affamé. A-t-il été temporairement « abandonné » par des voisins partis en vacances, a-t-il été laissé là par ses maîtres qui déménageaient, s’est-il échappé, s’est-il perdu ?

En attendant, il est là tous les jours, pas toujours poli avec ma maisonnée féline, entrant sans complexe dans la cuisine pour dévorer croquettes ou pâtée, boire du lait si Kiwi en a laissé… Je le chasse de l’appartement, puis je lui apporte une écuelle dehors ; je lui parle, je le caresse, je le sécurise car il réagit, prêt à fuir, au moindre bruit ou déplacement.

Je réfléchis à lui donner un nom. Tout à l’heure, j’avais « Sauvageon » dans la tête, mais c’est trop long. Deux syllabes suffisent bien ! J’espère tout de même que ce n’est qu’un abandon provisoire, qu’il est nourri par quelqu’un tous les jours ; mais que, livré à lui-même, il  recherche l’animation, la présence humaine…

« Nous n’allons pas avoir quatre chats, tout de même ! Dans un studio ! Trois chats c’est déjà trop, alors certainement pas quatre ! Réfléchis bien à ce que tu es en train de faire, avec ce chat noir même pas aimable, et agressif, en plus ! » On verra bien. La seule chose que je sais, c’est que je ne le laisserai pas mourir de faim.



Les deux nouvelles petites voisines (juillet 2015)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire