vendredi 23 août 2013

Journal de bord : semaine 2


Lundi 3 juin 2013
Nous allons en sortie à Giverny le vendredi 7 juin et seulement un tiers des élèves a apporté les 5 € de participation. « C’est obligé ? » « Bien sûr que c’est obligé » leur rappellera la directrice, avant la remontée en classe après la récréation du matin. « Vous payez d’abord pour la sortie, on verra ensuite pour la kermesse » rajoute-t-elle d’un ton convaincant et décidé.

Simbara m’informe qu’il ne reviendra pas à l’école après le 24 juin, Maïssa part en vacances aux alentours du 21, Sibel et Sila également… Je leur rappelle que l’école se termine le vendredi 5 juillet, qu’il faudra un mot des parents s’ils s’en vont avant, que pour le moment, on travaille, il y aura des évaluations pour le livret scolaire, et encore plein de choses à faire avant les vacances.

Nous continuons le travail de vocabulaire sur les mots génériques et les mots particuliers, nous lisons à haute voix le début du conte « Ali Baba et les quarante voleurs ». Le calcul mental porte cette semaine sur les divisions de nombres entiers par 10, par 100, par 1000…

Je poursuis l’apprentissage de la technique de la division (un seul chiffre au diviseur). Les élèves qui ont compris viennent au tableau effectuer la division et écrire « la phrase mathématique » qui accompagne le résultat : dividende = (diviseur x quotient) + reste. Le tout est fait ou recopié sur le cahier de maths (rouge).

L’après-midi, après une courte lecture offerte (« Plongée en lecture » de Philippe Barbeau dans le recueil « Contes du stylo magique »), je fais réciter les élèves (« La lune et le soleil » de Jean-Luc Moreau) pour la « note » du livret, puis je leur propose une nouvelle poésie : « Le cheval chante » d’Alain Bosquet. Je lis le texte une fois puis propose aux volontaires de la lire (je ferme les deux battants du tableau et le texte apparaît, écrit par mes soins à la craie). Ça les amuse, ça leur plaît, je leur demande de copier la poésie et, pour les plus rapides, de commencer à l’illustrer.

Nous débutons les évaluations départementales de sciences. La fiche 1 porte sur les circuits électriques, la fiche 2 sur l’étude d’un objet technique, en l’occurrence un tire-bouchon avec bras et crémaillère, plus communément nommé « Général de Gaulle ». Je fais une démonstration avec une « vraie » bouteille de vin (vide et lavée, tout de même) et un « vrai » bouchon. Évidemment, c’est moi qui ai apporté le tire-bouchon…

L’expression écrite porte sur l’invention d’une poésie « à la façon d’Alain Bosquet ». L’activité est difficile à démarrer, certains élèves ne font que recopier les idées lancées au tableau, je les engage à aller vers quelque chose de plus personnel…

La journée a été particulièrement électrique ; il y a eu des violences verbales et physiques, dans les escaliers, dans les couloirs, jusque dans la classe. Ça éclate ici ou là, j’interviens mais je reste sidérée par ces accès de grossièreté, par ces coups portés entre enfants devant l’adulte qui représente pourtant l’autorité. Il n’y a pas que dans ma classe que ça se passe ainsi. Il y a des moments où l’enseignant ne peut tout maîtriser. C’est dramatique, mais comment faire autrement ?


Mardi 4 juin 2013
Nous montons en classe pour faire l’appel et la cantine, je demande aux élèves de préparer leurs affaires sur la table pour corriger les devoirs à notre retour de la bibliothèque. Nous avons rendez-vous à 9 heures pour la séance de sensibilisation à l’opéra ; cela fait plusieurs semaines déjà que je fais écouter de grands airs d’opéra à la classe (voix féminines, voix masculines, chœurs et orchestre) en vue de cette petite sortie culturelle.

Ce n’est pas loin, mais il y a une rue passagère à traverser (de nombreux bus y circulent), je suis seule avec mes vingt et un élèves alors je redouble de recommandations avant le départ, et de prudence au moment de traverser. Ensuite, nous prenons un chemin dans le bois, ils hurlent à la vue des limaces qui rampent sur le sol ; je demande un retour au calme en arrivant aux portes de la bibliothèque.

Les deux intervenantes nous expliquent ce qu’est l’opéra, nous racontent la trame de six opéras célèbres (Carmen, La flûte enchantée, L’or du Rhin, Le Barbier de Séville, Turandot, Rigoletto) puis proposent des extraits vidéo. Nous devons deviner à quel opéra chaque extrait correspond. Les enfants sont attentifs et intéressés, dans l’ensemble perspicaces et efficaces pour trouver les bonnes réponses.

À 10 heures, nous repartons vers l’école après que j’ai fixé un autre rendez-vous pour la visite de l’exposition, qui sera accompagnée d’un quizz. Nous reviendrons le vendredi 14 juin, aux mêmes horaires.

Après la récréation, retour en classe pour corriger les devoirs : deux divisions (678 : 5 et 1497 : 9) ainsi qu’un petit exercice d’orthographe (accents et cédille). Les élèves copient la leçon sur les accents et la cédille, puis font deux exercices d’application du livre sur le cahier bleu. Je leur recommande d’utiliser le dictionnaire, s’ils ne connaissent pas l’orthographe de tel ou tel mot.

Lecture offerte l’après-midi  (« Drôles d’animaux » de Philippe Barbeau), récitation de « La lune et le soleil », illustration du « Cheval chante », passation de deux nouvelles fiches d’évaluation sciences (les chaînes alimentaires, la biodiversité), annulation de la leçon d’histoire sur la Renaissance, copie des devoirs, migration en salle informatique pour le questionnaire sur Claude Monet et Giverny (une moitié de classe) et la préparation de la dictée de mots invariables de « d’abord » à « dès que » pour l’autre moitié. J’ai tout le monde sous les yeux mais ça n’en empêche pas certains de faire des bêtises, de se connecter sur « Movie Star Planet » au lieu de chercher les réponses au questionnaire.


Jeudi 6 juin 2013
C’est le jour des « Foulées », nous montons en classe déposer les cartables, faire l’appel et la cantine. Tout le monde est en tenue de sport, je réexplique le principe de cette rencontre sportive, les différentes courses, l’ordre de passage des un(e)s et des autres…

Pour une fois il fait beau, le soleil brille généreusement, nous marchons jusqu’au stade où vont se dérouler les épreuves, il y a déjà du monde, j’aide les élèves à fixer leur dossard avec des épingles à nourrice. Je ne sais pour quelles raisons ils ne sont pas contents, ils passent leur temps à râler, à me reprocher des choses dont je ne suis pas responsable, c’est désagréable et mal venu de leur part. Je les appelle les un(e)s après les autres avant le départ de chaque course, par groupe de deux, tantôt des filles, tantôt des garçons. Je les encourage !

Au moment de repartir, j’ai bien du mal à récupérer tout le monde, certains garçons se montrent odieux, ils ne m’obéissent pas, ils se tiennent mal, ils s’insultent, ils se battent. Je décide de priver de la sortie à Giverny : Mehdi (incontrôlable), Mamadou (irrespectueux), Moussa (bagarreur). Quant à Mody, son sort est déjà réglé : allergique au pollen, sa mère a déjà prévenu qu’il ne viendrait pas.

Le soir à 16 heures 30, il me faudra recevoir les parents des trois enfants privés de sortie pour leur en expliquer les raisons. Je n’aurai pas d’argent à rembourser, ils n’avaient pas encore payé…

L’après-midi, après une petite lecture offerte (« Chahut monstre » de Philippe Barbeau), nous enchaînerons sur les dictées (mots invariables puis texte court non préparé), nous corrigerons les divisions des devoirs (7089 : 7 et 6436 : 8), nous nous attellerons à des problèmes puis à deux fiches de l’évaluation sciences (l’eau, les déchets) avant de lire la suite d’« Ali Baba et les quarante voleurs » puis de copier les devoirs pour lundi. Pour demain, il faudra apporter son pique-nique, une bouteille d’eau, un chapeau, s’habiller correctement (pas de short).


Vendredi 7 juin 2013
Tout le monde est là à 8 heures 20, il fait soleil, on a de la chance ! J’emmène donc 17 élèves, pas un de plus pas un de moins ; il y a aussi la classe de CE2/CM1 de ma collègue Hélène. La sortie est prévue de longue date, elle a été programmée par Hélène et la personne que je remplace (absente depuis la rentrée des vacances d’hiver, j’ai eu la classe de CM1 dès le 18 mars). C’est un peu loin mais ça vaut le détour !

J’étais allée à Giverny avec un couple d’amis à l’aube des années 2000, j’en garde d’excellents souvenirs. À ce moment-là j’étais encore à l’argentique, j’avais pris de belles photos, en évitant au maximum d’avoir des visiteurs dans mon angle de vue, pour ne garder que les fleurs.

Après les dernières recommandations de la directrice : « Je veux que vous ayez une tenue irréprochable, vous avez de la chance d’aller là-bas, c’est un endroit très connu, des gens du monde entier viennent pour le visiter. Je vous souhaite une bonne journée ! », nous nous dirigeons vers le car. La seule personne qui a bien voulu nous accompagner est la grand-mère de Sila, je la remercie chaleureusement d’être là. Hélène a deux mamans accompagnatrices : ça fait à peu près le compte, avec nous deux, en terme de sécurité (sept enfants pour un adulte).

C’est long de contourner Paris afin d’aller vers l’ouest, quand on habite la banlieue est ! On a distribué des sacs à vomi pour les enfants malades en car, certains l’ont déjà utilisé… La seule chose que je ne gère pas, c’est le vomi ; d’ailleurs je me place toujours devant, juste derrière le chauffeur ! Je profite de la route et je reste tranquille, j’ai tendance à faire des nausées… Les enfants sont calmes, discutent joyeusement. Tout va bien, je parle avec Hélène et la grand-mère de Sila, un peu aussi avec le chauffeur…

Nous traversons la Seine à Argenteuil, je pense déjà aux impressionnistes, nous filons sur Mantes-la-Jolie. Le paysage prend des allures de campagne, nous quittons la nationale pour de plus petites routes, il y a des bois, des champs, des prés, des animaux que les enfants peinent à reconnaître, confondant des vaches avec des moutons, s’extasiant devant les « chevals ». Le voyage touche à sa fin, il est déjà 11 heures moins le quart, nous avions rendez-vous à 10 heures 30, j’ai prévenu le service « groupes » que nous aurions du retard.

Nous marchons jusqu’à l’entrée du jardin, le temps de régler les billets et nous voilà à l’intérieur. La grand-mère de Sila prend la responsabilité de huit élèves, moi j’en prends neuf. Nous pourrons ainsi nous séparer ; il est plus facile de s’occuper d’un petit groupe. Effectivement il y a du monde, beaucoup de Japonais. Souhaïb se lance dans les échanges internationaux en les saluant : « konnichiwa » et les touristes lui répondent en souriant. Cela plaît aussi à Simbara, à Osman, à Safeer, à Mohammed-Amine, à Yunus-Emre. Comme filles, j’ai avec moi Koumba, Rebecca, Schaïneze.

Nous visitons les jardins, j’exprime mon enthousiaste, nous montons vers la maison. Il n’y a pas de queue à l’entrée : nous y allons. Impossible de garder les enfants groupés autour de moi, il y en a déjà qui sont partis devant, qui visitent « au pas de course ». Je ne peux rien faire mais je ne m’inquiète pas, je les retrouverai tout à l’heure, dehors. Simbara, Koumba et Rebecca restent avec moi.

L’atelier du peintre est pour le moment totalement inaccessible, alors nous grimpons à l’étage tout en admirant les estampes japonaises, il y en a partout dans la maison. Nous visitons les chambres, regardons les vieilles photos, de Monet, de sa famille, de mariages… Nous redescendons vers la cuisine qui les étonne, tellement elle est grande. Avant de sortir nous repassons par l’atelier, avec cette grande baie vitrée, tous ces tableaux de maîtres accrochés aux murs…

Effectivement les élèves qui m’avaient faussé compagnie m’attendent sagement sur les bancs, il y a aussi le groupe de la grand-mère de Sila, toute ma classe est là ! Ça commence à se plaindre, qui de soif, qui de faim, qui de fatigue, qui de l’envie d’aller aux toilettes. Nous emmenons tout ce petit monde vers les sanitaires, cela nous refait faire une petite balade dans les jardins. Je ne veux pas finir la visite sans être allée à l’étang des nymphéas. Tous ne sont pas volontaires, alors je propose d’emmener seulement ceux qui sont intéressés, soit une grosse moitié de classe, tandis que la grand-mère de Sila restera à l’ombre, avec l’autre moitié.

Souhaïb, Simbara, Osmane, Safeer, Yunus-Emre et Mohammed-Amine sont partants, Koumba aussi. Beyza, Assa et Naïma se rajoutent au groupe. Il fait frais sous les arbres, en arrivant il y avait tous ces bambous, il y a aussi cette petite rivière, et tous ces ponts en bois… Nous arrivons aux bords de l’étang, je leur montre les nymphéas, je leur dis que Claude Monet venait souvent là pour peindre, à n’importe quel heure du jour (ou de la nuit) et en toute saison, qu’il a fait des centaines de tableaux… Les enfants voient des grenouilles sur l’étang, ça les fait rire.

Voici le célèbre « pont japonais », c’est magnifique, nous restons dessus, je prends quelques photos. Puis c’est le moment de retrouver les autres, de quitter le jardin pour retourner au car, et pique-niquer. Il est déjà midi et demie passé : tout le monde a chaud, a soif, a faim, ça râle, mais nous trouverons un superbe endroit ombragé pour manger. Les enfants se mettent en rond et s’assoient, en petits groupes ; je m’adosse à un arbre et attaque mon sandwich.

La grand-mère de Sila vient me parler, elle me raconte une sortie qu’elle a faite quand elle avait douze ans, elle se souvient de la joie d’être avec ses copines, de leurs rires, elle s’était bien amusée… Elle me dit, très émue : « Tout me revient, c’est incroyable ; j’espère que Sila n’oubliera jamais cette sortie d’aujourd’hui, ce sont des moments dont on se souvient toute sa vie. »

Il faut encore s’occuper des pipis et autres, malheureusement les toilettes publiques du village sont en travaux ; à l’office du tourisme on nous suggère d’emprunter celles du musée des impressionnistes, un peu plus loin dans la rue. Je pars en éclaireur, oui c’est possible mais il faudra rester discret, on ne peut pas envoyer les deux classes d’un coup, il va falloir encore procéder par petits groupes.

Je dis à Hélène que l’idée du musée l’après-midi, ça aurait été pas mal, que si j’organise moi-même une sortie, je réserverai aussi pour le musée, ça sera plus complet, ça donnera « une meilleure idée » aux enfants. Parmi les classes croisées ce matin, certaines viennent justement pour visiter.


15 heures : c’est l’heure de rentrer, tout le monde est satisfait mais fatigué. Les enfants se sont bien tenus dans l’ensemble, ils ont obéi, ils n’ont pas dit de gros mots, ils ne se sont pas battus, ils ne se sont pas sauvés… Pour moi, le retour passe plus vite que l’aller : je m’endors.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire